La Réunion : une éblouissante diversité

Epinglez-moi
Epinglez-moi

En 2012, je suis partie, avec mon chéri et des amis sur les traces paternelles de mon compagnon et à la rencontre du reste de sa famille, à la Réunion. Mais quel parcours du combattant pour y arriver, la neige s'est invitée au voyage , nous avons mis 5 heures pour relier Limoges à Bordeaux  (non non je vous assure je ne suis pas marseillaise) où nous décollions avec nos amis. Nous sommes partis avec Air France, vol de nuit nickel.

Avant de vous livrer mes découvertes et impressions, un petit cours pour en apprendre un peu plus sur sa naissance...

 

Pour la petite touche historique...

 

Alors et je pense que vous serez d'accord, on peut éliminer de suite les vestiges antiques, jaillis des rêves cosmiques de Hermann. L'historien avait imaginé que certains reliefs de l'île étaient les vestiges de colossales statues, sculptées par des visiteurs venus d'un lointain passé. Ces anciens auraient uni Madagascar aux Mascareignes dans une "Lémurie" aussi prestigieuse que l'Atlantide. Dommage, mais ni l'archéologie, ni la logique des vents et des courants n'appuient cette thèse, à ranger au rayon des mythologies.

 

Passons aux choses sérieuses, surgie de l'océan indien, et flirtant avec le tropique du capricorne, la Réunion est née d'une poussée volcanique qui lui à conféré un relief insolite.

Un de ses pères fondateurs, le Piton des neiges émergea des profondeurs de l'océan, il y  trois millions d'années. Combien a-t-il fallu d’éruptions sous marines avant que les couches de lave successives, s'empilant sur le plancher océanique, n'atteignent la surface ? Des milliers surement.

Des entrailles de la terre, la lave à continuer à jaillir, à remodeler sans cesse le relief de cette nouvelle émergée.

Puis son petit frère, le Piton de la Fournaise sortit lui aussi la tête de l'eau pour former lui aussi une haute montagne accolée à son aînée, il y a environ plus de 500 000 ans.

Les dernières traces éruptives du Piton des Neiges date de 20 000 ans mais l’île n'a pas fini son évolution et vit au rythme  des éruptions successives de son symbole le Piton de la fournaise,  dont les coulées de laves gagnent du terrain sur l'océan.

 

Elle fait partie des îles volcaniques qui composent les Mascareignes avec l'île Maurice et Rodrigues.

 

Elle a été découverte par le Portugais Pedro de Mascarènes en 1513 mais comme le prouvent des anciennes cartes des navigateurs arabes l'ont connu auparavant.

Située, sur la route des Indes, elle favorisera l'importation d’esclaves mais la géographie de l’île offrira à ceux-ci la possibilité de fuir dans les montagnes.

 

Elle changea de nombreuses fois de nom, dans un premier temps elle fut baptisée l’île Bourbon, puis prendra le nom de l'île Bonaparte. Pendant la révolution française, elle prendra brièvement le nom de l’île de la Réunion, nom qu'elle retrouvera définitivement  depuis 1870.

 

Attention apprenez bien la leçon, interrogation écrite à la fin.

L'île de la Réunion, regorge de richesses naturelles et diversifiées où se mêlent ravines, cascades vertigineuses, cirques majestueux et reliefs lunaires qu'est venue tapisser une végétation luxuriante. Mon regard était sans cesse captivé par cette beauté abrupte et sauvage.

 

Le nord est coincé entre mer et montagne. Saint-Denis fut moi un champ de découverte surprenant, je ne m'attendais pas à être séduite par cette capitale peu engageante au premier abord. J'ai aimé flâner entre son Saint-Denis militaire et marin avec sa place Barachois et son Saint-Denis administratif et commerçant, entre son Saint-Denis bourgeois extrêmement riche en maisons créoles et  son Saint-Denis religieux  qui vous fait découvrir ses temples tamouls qui côtoient mosquée et cathédrales. La réunion est l'eldorado du "vivre ensemble" avec son métissage et ses multiples religions présente sur l’île, c'est extraordinaire de voir cette tolérance , surtout à l'heure actuelle.

 

Cette balade est selon moi une belle introduction aux multiples couleurs de la Réunion.

 Le Barachois désigne une partie du front de mer, bordée d'arbres tropicaux, cocotiers, vacoas. Les Dionysiens s'y délassent, pour un jogging matinal, une flânerie ou une sortie dominicale.
Le Barachois désigne une partie du front de mer, bordée d'arbres tropicaux, cocotiers, vacoas. Les Dionysiens s'y délassent, pour un jogging matinal, une flânerie ou une sortie dominicale.

La côte Ouest, sous le vent, versant sec et ourlés de ses plages  se déchoient en bleu et ocre, bleu émeraude de l'océan et ocre de sa savane brûlée par sa sécheresse. On ne vient pas à la Réunion pour ses plages mais celles- ci sont concentrés sur ce versant de l'île.

Mon coup de cœur va à Boucan Canot avec sa balançoire, sa couleur bleu émeraude de l'océan et celle de l'Etang salé (côte sud), plage de sable noire,  avec ses puissants rouleaux qui te font perdre le maillot de bain (hum,  on sent le vécu là).

J'ai beaucoup également aimé celle de l'Ermitage avec son restaurant "La Marmite "et sa langouste qui ont fait danser mes papilles,  les pieds dans le sable. 

Mais le coeur de la station balnéaire bat à Saint Gilles les Bains, petit village de pêcheurs. De là débute  le lagon bordé par la barrière de corail qui s'étend jusqu'à la ravine des trois bassins.

 

L'Ouest à aussi des falaises vives : souffleur entre Saint-Leu et Etang salé. Une vraie curiosité naturelle, un violent jet d'embruns monte dans les airs jusqu'à plusieurs mètres sous les coups répétés de la houle. Attention douche assurée (ça sent le vécu là aussi, hein Kathy ?).

 

Saint-Paul, plus vieux village de l'île, est sans doute le coin le plus coloré de l’île avec son marché à ciel ouvert.  Mes sens ont été bouleversés au cours de cette flânerie,  d'abord la vue avec tous ces étals d'épices, de fruits & légumes et artisanat.

Ensuite, mon odorat fut chatouillé  avec un mélange de parfum ambiant de diverses épices comme la vanille, le massalé ou le safran. Sans oublier mon goût en faisant appel à un jus de fuit frais auquel, je n'ai pas su résister.

Un festival d'odeurs et de couleurs vitaminées ce marché, qui nous a bien occupé toute une matinée.

La côte ouest, sous le vent est protégée des alizés par le relief. La plus touristique avec ses lagons, elle compte sur 27 km, presque toutes les plages de l'île.
La côte ouest, sous le vent est protégée des alizés par le relief. La plus touristique avec ses lagons, elle compte sur 27 km, presque toutes les plages de l'île.

A l'étage supérieur, dans les hauts se cache une authentique réunion avec des traditions encore préservées. Si vous ne devriez faire qu'une balade dans les  hauts de la cote Ouest, je vous conseille de vous rendre au belvédère du Piton du Maido,  haut de 2203 m, il offre un panorama à couper le souffle.

Nous nous y sommes rendus très tôt avant que les nuages viennent batifoler avec les crêtes altières du cirque de Mafate. On a d'abord traversé une belle forêt de tamarins. La beauté vertigineuse de ce cirque, ciselé par l'érosion  en une fantastique armée de parois rocheuses verticales appelés rempart se révèlent d'autant plus impressionnante de ce point de vue et me conforte dans mon ressenti indescriptible que j'ai eu en le découvrant quelques jours plus tôt à travers une randonnée, je suis vraiment amoureuse de ce lieu.

Sachez que le Maïdo est le point de départ de nombreuses randonnées.

Le piton Maïdo, un balcon sur Mafate
Le piton Maïdo, un balcon sur Mafate

Dans le sud sauvage à caractère volcanique, s'est exilée une réunion  de lave, d'embruns, de plages de sable noir volcanique, de plantes à parfums et d'épices .

J'ai eu un coup de cœur immense pour cette partie de l’île entre ses balades le long du cap Méchant, côte déchiquetée formée par les successives colères du Piton de la Fournaise et frappée par la houle, la découverte de ses plages volcaniques, mon coup de cœur va à une l'entre d'elle trouvée au hasard d'une promenade mais  je garderai jalousement son lieu, en fait j'ignore complètement son nom et la famille de mon chéri ignorait jusqu'à alors son existence.

Le grand sud se caractérise aussi par une région de parfums et d'épices, toutes ces senteurs, saveurs éveillent mes sens. Celui de la vue n'est pas en reste avec la visite du jardin des fleurs & épices à Saint-Philippe.  Une balade de 2h au milieu de la faune et flore de la Réunion. A faire absolument.

Sur la route des Laves qui débute à Saint Philippe, nous entrons dans un autre monde, une version terrienne de la planète mars, on s'y croirait presque avec un mélange de nuances de noir et de gris, vestiges des anciens réveils de sa majesté, qui encerclent la route et  plongent dans le bleu de l'océan indien.   Une végétation aride et basaltique. Des paysages lunaires à ne plus en finir.  Mon regard est happé par ce tableau.

Le sud est marqué par l’omniprésent maître des lieux : le Piton de la Fournaise. Son ascension s'est faite sous la pluie (sinon ça n'aurait pas été drôle), une randonnée épique entre gouttes d'eau, vent, cônes et fumerolles. La seule et l'unique route pour accéder à ce monstre est accessible par la route du Tampon.

Un article spécial Sud de la Réunion verra le jour bientôt....mais pour cela va falloir prendre son mal en patience.

Cap méchant et sa sombre langue de basalte figée qui s'avance dans l'océan
Cap méchant et sa sombre langue de basalte figée qui s'avance dans l'océan
Le grand brûlé, témoin de la puissance des éléments
Le grand brûlé, témoin de la puissance des éléments

La côte Est dont le climat est plus frais et plus humide offre un aspect de l’île plus verdoyant. Contrée de plaines abondantes de canne à sucre, de vastes vergers et de vanille, ce coté de l’île vit aux rythmes de ses cultures.

On y cultive donc la vanille et les effluves de cette dernière évoquent incontestablement la Réunion. Curieuse et impatiente d'en savoir un peu plus  sur "l'or noir" de l'île, je me suis rendue à la coopérative de Bras-Panon. Mes papilles se sont alors laissées emporter par cette fragrance sucrée dans une escale érudite et gourmande.

Récolte de vanille
Récolte de vanille

On retrouve le patrimoine culturel de la Cote Est à St André avec son temple tamoul.  Orné de personnages mythologiques, ce temple est dédié à Pandiale, la déesse du feu. Considéré comme le temple tamoul le plus important de l'île, il témoigne du poids de la communauté Malbare dans cette région.   Temple aux 1000 couleurs, il émoustille ma vue même sous la pluie.

Toujours à l'affût du patrimoine, nous nous sommes  rendus à Saint Rose  connue pour sa coulée de lave survenue une nuit de 1977. Cette coulée est  venue lécher les murs de son église Notre-Dame-des-Laves et l'encerclant miraculeusement sans la consumer.  A ses pieds depuis, la lave témoigne de la fureur du Piton de la Fournaise. Spectacle saisissant qui me rappelle que la nature est souveraine en ses lieux.

Temple tamoul Le Colosse qui brille de toutes ses couleurs
Temple tamoul Le Colosse qui brille de toutes ses couleurs
Eglise de Sainte-Rose dont l'amas de lave figée autour de celle-ci témoigne de ce qu'il s'est passé au cours  d'une certaine nuit de 1977.
Eglise de Sainte-Rose dont l'amas de lave figée autour de celle-ci témoigne de ce qu'il s'est passé au cours d'une certaine nuit de 1977.

Au cœur de l’île, 

 

Les montagnes de la Réunion abrite des paysages hors du temps au travers des ses cirques Mafate, Salazie et Cilaos, ciselés par l'activité volcanique, ces cirques et principalement le plus sauvage,  Mafate m'a transpercé le cœur. 

 

Nous avons fait une randonnée, (alors autant vous dire que je me souviens encore de la remontée) dans cet ensemble de chutes assourdissantes, de tempête de verdure d'un vert éclatant où les habitants vivent dans des îlots difficiles d'accès et qui laissent un souvenir marquant. (Article sur les trois cirques, à venir).

Les cirques gagnent à être survolés et tels heureux qu'un papangue, nous avons tenté l'expérience par deux fois. La première fois, nous n'avons pu survoler le Piton de la Fournaise car les nuages avaient décider de flirter avec lui et nous n'avions pas été prévenu (nous aurions reporté le vol).

La négociation d'un autre vol pour le lendemain à été compliquée mais nous l'avons obtenu. (merci ma Kathy).

Quelle expérience, j'ai été ébloui par ce spectacle, basculer d'un cirque à l'autre, embrasser du regard cette beauté intérieure est un souvenir que je ne suis pas près d'oublier. Et un grand merci à notre pilote du deuxième survol, qui a fortement contribué à rendre ce moment magique. Si vous le pouvez, faites le absolument.

 

Les hautes plaines, seule voie naturelle entre les 2 versants de l'île, sont habitées d'un coté par le maître des lieux, le Piton de la Fournaise si proche mais invisible et de l'autre par une forêt primaire d' une exubérante végétation tropicale et pour donner un visage encore plus primitif à ses paysages, d'innombrables cascades enchanteresses, bassins et rivières permettent de se ressourcer dans cette nature préservée..

 

L'âme de cette île, le piton des Neiges offre une vue imprenable sur l'île. Son ascension, périple difficile, peut s'entreprendre de plusieurs endroits (Hell-Bourg, Forêt de Bélouve, Cilaos, Entre Deux, Plaine des Cafres..).

Monstre assagi endormi sur son basalte, ses dernières traces éruptives datent de vingt mille ans. En survolant les cirques, je me suis demandé si ces paysages hors du temps apaisaient les craintes qu'éveille ce géant destructeur qui sommeil en son sein, attendant son heure. Les habitants des cirques qui vivent dans son ombre se posent-ils la question ? Sûrement que oui !

Cirque de Salazie, le royaume des cascades
Cirque de Salazie, le royaume des cascades
Ilet dans un cirque
Ilet dans un cirque

A lé Réunion se découvre une multitude de villages pittoresques, à chacun sa propre atmosphère entre identité créole dans les hauts, saveur et terroir dans les plaines, marine sur la côte ouest, culturelle sur la côte est et le nord, et empreinte volcanique dans le sud.

J'ai eu un coup de cœur pour celui de Hell-Bourg (label " plus beau village de France") au coeur du cirque de Salazie. Ancienne station  thermale, il dégage un charme indicible, ce village possède de riches cases créoles très colorées, de villas bourgeoises dont la maison Folio où j'ai pris plaisir à flâner dans son jardin.  A faire absolument.

Case créole à Hell Bourg
Case créole à Hell Bourg

L'ile regorge de richesses naturelles, mais est riche aussi d'un métissage singulier avec sa population en arc en ciel.

Carrefour des civilisations européennes, malgache, indienne, asiatique, elle est une terre aux milles visages très accueillante et chaleureuse, en témoigne l'accueil de la famille de mon monsieur vagabond, que je remercie vivement au passage.

 

Vous cherchez une destination "détox", la réunion est celle-qu'il vous faut, quelle blague, j'aurais presque encore la larme aux yeux d'avoir passé la barre des 50kg là bas et oui dans la vie certaines réalités sont difficiles à accepter.

Donc vous l'aurez compris la Réunion c'est aussi une invitation au voyage culinaire avec sa gastronomie, mélange aux saveurs intensément généreuses (en gras, mais le gras c'est la vie ) et épicées qui font danser vos papilles, un régal.

Rougail saucisses, certainement un des plats les plus emblématiques de l'île
Rougail saucisses, certainement un des plats les plus emblématiques de l'île

Bilan de notre séjour sur l’île

 

Alors de vous à moi, j'ai une confidence à vous susurrer : La Réunion ne faisait pas partie de ma bucket list, elle n'a jamais susciter ma curiosité mais ceci c'était avant d'avoir un coup de foudre imprévu pour cette île.

La réunion est une destination qui nous prouve encore une fois que la nature est la grande maîtresse de ce monde et qu'ici encore plus qu'ailleurs, elle est souveraine en ses lieux.

La réunion est intensément diversifiée,  intensément spectaculaire, intensément vivante , intensément authentique, intensément ressourçante, intensément fascinante et surprenante, intensément épicée, qui n'a en rien usurpée son surnom  "d'île intense". Elle est une promesse d'ailleurs. 

  

Un jour c'est sur nous y retournerons  car  le chant des ses sirènes nous rappelle toujours à son existence. Et aussi pour que notre fille découvre une partie des ses origines.

N'hésitez pas à me suivre

 

Instagram

Facebook

Pinterest

Si vous avez aimez cette article, épinglez le sur Pinterest

Merce d'ores et déjà pour votre soutien

Écrire commentaire

Commentaires: 0